Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 décembre 2017

La plume et l'encrier

Bonjour à tous,

 Je vous ai récemment fait partager cette petite fantaisie "Clin d'oeil à un ami de plume", auparavant, je vous avais proposé ce texte "La plume et l'encrier" . Certains d'entre vous ont eu la curiosité de faire une petite recherche et ont trouvé un site qui existe depuis plusieurs années.

La Plume et L'Encrier

Très actif il y a quelques années, il sommeille un peu mais ne demande qu'à retrouver un nouvel essor. Alors si vous êtes un taquineur de plume, si vous avez un âme de rimailleur, ou simplement si vous aimez lire, n'hésitez pas à venir nous y retrouver.


mercredi 29 novembre 2017

Bibliophage !

                                                                       Résultat de recherche d'images pour "qui s'envolent livre"

Ah les livres, la lecture, tous les secrets et mystères contenus, dévoilés, exposés.

Tout d’abord, il y a le visuel de l’ouvrage. Je le regarde, j’en aime sa taille, son épaisseur, j’en apprécie sa couverture. Ce que ma vue découvre, donne envie à mon toucher d’aller plus loin.

Du bout du doigt, je le touche. Sa température différente de celle de ma peau me procure un léger frisson. Je le caresse doucement, lentement. L’envie de le prendre à pleines mains aussi délicatement que possible. Son poids n’est jamais un défaut, mais plutôt une manière à lui de me dire « Je suis là, je suis à toi, pour toi ».

Je le tourne et le retourne. La couleur de sa tranche me donne une idée de la texture des feuilles qui la compose. Je suis toujours sensible à leur qualité. A-t-il été beaucoup manipulé ou non ? L’a-t-il été avec précaution ? Des coins de pages ont-ils été pliés, marqués, abimés ? Autant d’indications sur son histoire. Certaines blessures me font mal à moi aussi, car j’aime les livres avec respect.

J’ose le porter à mon visage, le sentir. Doucement d’abord puis à pleins poumons s’il est neuf. Ah cette odeur particulière de l’ouvrage neuf. Jamais ouvert ou si peu. Une sorte de trésor qui ne demande qu’à être découvert.

Enfin, je le repose sur ma main droite, bien équilibré pour qu’il ne chute pas. Aussi légèrement que possible mon pouce gauche s’empare de l’angle bas de la couverture, l’écarte, puis ouvre.

La page de garde blanche, vierge de toute inscription. Il n’a pas été offert, ni dédicacé. Poursuivre mon aventure, en tournant les pages les unes après les autres. Le titre apparait avec le nom de son auteur, sa maison d’édition, son année de naissance, parfois même son mois.

Enfin, son contenu, sa raison d’exister est offerte à ma vue. Mes yeux parcourent les lignes, déchiffrent les mots, les phrases. Ils lisent au rythme de la ponctuation et des paragraphes. Mes neurones s’activent.

Là il y a un moment crucial !

Est-ce que la magie va opérer ?

Aurais-je envie d’aller jusqu’au bout ?

Car parfois, le résumé nous attire comme un aimant, mais c’est un peu comme les bandes annonces des films. Il ne suffit pas d’un bon sujet. Si la musique, les acteurs et la mise en scène ne s’harmonisent pas sur nos fréquences, impossible de se laisser captiver et de poursuivre jusqu’à la fin.

Parfois, la magie est en demi-teinte alors je « triche », je regarde le dernier chapitre et là je décide de poursuivre ou pas.

Mais peu importe … l’essentiel est de lire et il y a tellement d’ouvrages que je trouve toujours le suivant qui me fera vibrer.

mercredi 4 octobre 2017

Découverte

Bonjour,

aujourd'hui je vais vous parler d'une découverte que j'ai faite grâce à mon homme : les audio-books.

Quoi de plus "barbant" que certaines tâches ménagères, que de décoller du papier peint ou parfois simplement d'être obligé de marcher non pour son plaisir mais par obligation, ou encore d'attendre dans une salle d'attente? Cela peut aussi permettre de tricoter de longs rangs de jersey ou de point mousse sans se lasser de la monotonie. Pour ne pas voir défiler les minutes, parfois les heures, il y a les audio-books.
Ce sont des livres lus par un homme ou une femme avec parfois un peu de bruitage et/ou de musique. Pour une amoureuse des lettres et du papier, j'ai déjà eu du mal à me faire à la lecture numérique alors les audio-books, ce n'était, pensais-je pas pour moi. Seulement c'était sans compter ma curiosité!

J'ai commencé par un livre de Pierre Lemaître , "Travail soigné", premier tome de sa trilogie "Verhoeven".

résumé : Dès le premier meurtre, épouvantable et déroutant, Camille Verhoeven comprend que cette affaire ne ressemblera à aucune autre. Et il a raison. D'autres crimes se révèlent, horribles, gratuits. La presse, le juge, le préfet se déchaînent bientôt contre la « méthode Verhoeven ». Policier atypique, le commandant Verhoeven ne craint pas les affaires hors normes mais celle-ci va le placer totalement seul face à un assassin qui semble avoir tout prévu. Jusque dans le moindre détail. Jusqu'à la vie même de Camille qui n'échappera pas au spectacle ...

Je l'ai écouté avec avidité. La voix du lecteur était très bien choisie, l'intrigue haletante, les personnages attachants. Pas trop de description dans lesquelles se noie l'histoire. J4ai écouté la lecture de la seconde enquête avec d'autant plus d'intérêt que l'auteur a su se renouveler et nous tient en haleine jusqu'au bout.

Ces audio-books sont dans mon cas proposés à l'emprunt via le réseau de la Médiathèque de Bretagne Occidentale, mais je suis sûre qu'ils sont disponibles dans d'autres lieux. J'ai essayé un autre livre mais la voix de la lectrice et son rythme de lecture ne me convenait pas. Donc, ne vous arrêtez pas à une première impression.


mardi 23 mai 2017

Code 93

Bonjour,

avec la chaleur, j'ai un peu laissé mes aiguilles à tricoter et j'ai ouvert un livre d'un auteur que je ne connaissais pas : Olivier Norek. Son premier livre : Code 93

Résumé : Victor Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits. Une série de découvertes étranges – un cadavre qui refuse de mourir, un toxico victime d'autocombustion – l'incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Appréciation : très agréable à lire. Un vocabulaire juste et des personnages attachants. Une histoire qui se tient et qui nous tient en haleine jusqu'au bout en ne nous délivrant les indices qu'au fur et à mesure. Bref, je le recommande!