Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 19 octobre 2017

Noces de bois ... suite ...

                                                                        http://blick-freres.com/wp-content/uploads/2014/05/Charpente1.jpg

Voilà 5 ans que nous nous sommes unis et cet anniversaire symbolisé par ce matériau est arrivé à point nommé.

Le bois m’évoque, tout d’abord ces sentiers parcourus par deux amoureux qui se sont enfin trouvés après bien des erreurs et des chemins de traverses.

Le bois de ces navires sur lesquels jadis tu aurais navigué portant haut et loin les couleurs de notre pays. Peut-être aurais-tu le soir en tenant la barre été ensorcelé par le chant d’une sirène…

 

Le bois de la charpente d’une maison

 

Après près de 9 ans de vie commune dans un ailleurs chargé de passé, nous nous sommes décidé à nous aménager notre chez nous, à notre image, à l’image de la vie que nous souhaitons partager l’un à côté de l’autre. Après avoir passé notre vie à nous occuper des autres, à nous conformer à ce que la société attendait de nous, nous avons enfin franchi le pas et nous allons enfin pouvoir nous consacrer à nous, à l’autre nous, celui sans lequel notre cœur ne sait plus battre, celui sans lequel nous n’aurions plus envie de vivre.

Alors nous avons vidé le grenier des souvenirs, réaménagé cette petite maison blottie au bord de la forêt, et nous nous réinventons un quotidien plus calme, plus tendre, plus heureux.

                                                                                                             Résultat de recherche d'images pour "maison amour"

mardi 25 juillet 2017

Noces de bois

Déjà 5 ans que nous avons unis nos vies
Que le temps passe vite en bonne compagnie
N’est-ce point ce que l’on dit
Et c’est ce qu’au quotidien je vis.

Quand le ciel nuageux est gris
Dans le bleu de tes yeux je revis
Et jour après jour, même l’ennui
N’a aucune prise sur nos vies.

Alors aujourd’hui je te le redis
A toi pour la vie : Oui !

jeudi 20 avril 2017

Poème marin

Dans l’océan de tes yeux

Les vagues de mon âme

Dans les sommets et les creux

Ondulent et se pâment

Sur nos corps dénudés

Souffle une douce brise

Nos lèvres sont soudées

Tu m’excites et me grises

Viens poète et marin

Dans le petit matin

Cueillir ma fleur épanouie

Après une douce nuit

dimanche 15 janvier 2017

Le Cht'i

Tout d'abord je souhaite à tous mes lecteurs une Bonne et Heureuse Année 2017.

Et pour commencer une petite fantaisie d'humour amoureux :

Le Cht'i

Je suis arrivée à la majorité avec l'esprit empli de prince charmant, d'une longue lune de miel et d'un grand nombre d'années de mariage.

C'était il y a .... plus de trente cinq ans...

J'ai commencé par un français né en Afrique. Élégant dans son uniforme, de beaux yeux bleus derrière ses lunettes de soleil, une allure de prince charmant.

Sous le soleil du midi, je l'ai épousé, j'y ai cru, ai fondé une famille...mais... onze ans plus tard...le prince fatigué est parti.

Ayant la géographie de mon coeur, j'ai traversé l'hexagone pour un breton d'adoption. Le physique éloigné du premier, mais un intellect passionnant. Des rires, de la gentillesse, mais au bout de 8 ans, la locomotive que j'étais pour construire un avenir s'est épuisée à traîner les wagons encore et encore

Mais ne dit-on pas jamais deux sans trois?

Un cht'i s'est présenté. Mal fringué, timide mais délicat, protecteur, joueur d'échecs. Entraîné pendant des années à faire face à des situations les plus difficiles et incongrues, la guerre de l'usure du quotidien lui paraît un parcours aisé.

Presque 9 ans que le cht'i résiste, je pourrais même dire de mieux en mieux. Pourtant je m'applique, renouvelle jour après jour, que dis-je minute après minute dès que nous sommes ensemble les taquineries, coquineries, chipiteries (comme il aime à dire), mais il ne se lasse et en redemande....

Le cht'i serait-il mon highlander?

lundi 8 août 2016

Fée du logis

Je serais la fée de ton logis.

D'un coup de baguette, des brassées de bonheur empliraient tes vases, des bûches de passion éternelle se consumeraient dans l'âtre de ta cheminée, des délices sucrés de toutes les contrées s'étaleraient sur la table de ta cuisine, des draps de désirs recouvriraient ton lit, des rideaux d'intimité orneraient tes fenêtres.

Je serais chaude pour réchauffer tes hivers, claire pour éclairer tes printemps, lumineuse pour bronzer tes étés et douce comme la brise de tes automnes.

Je coulerais sur ton front, lorsque tu essaierais de m'essuyer je me glisserais sur ton nez et lorsqu'agacé tu me prendrais du bout des doigts, je me laisserais glisser sur tes lèvres.

Je serais une jolie chatte blanche très douce aux ongles rentrés pour ne pas blesser, je miaulerais de plaisir sous les caresses, ronronnerais de contentement sous les doigts qui tendrement me gratouilleraient les oreilles.

Je ramasserais les feuilles de mes larmes et le bruit couvrirait celui de mes sanglots.

Je me poserais délicatement sur ton front et je sourirais lorsque chatouillée tu me repousserais, mais indomptable je reviendrais à ma place.

Je viendrais la nuit habillée d'un fin drap blanc transparent pour enjoliver tes rêves de douceur et de tendresse

Je serais le Nil, je coulerais dans ces plaines riches des souvenirs des civilisations antiques. Je me réchaufferais au soleil de Râ. je me jetterais dans la Méditerranée pour parcourir le vaste monde en passant entre les colonnes d'Hercule.

Le futur est devenu présent, le jour où nous nous sommes dit "oui"

mardi 12 juillet 2016

Le marin et la sirène

Il y a huit ans, un marin surfait sur l'océan des messages. Cela faisait longtemps qu'il pratiquait, ramassait des bouteilles de différentes couleurs au contenu plus ou moins attirant.

Chaque jour passant, sa soif ne s'étanchait pas, l'amertume des breuvages augmentait son désespoir de ne jamais trouver un ancrage pour ouvrir son coeur. Encore un clic, un dernier, le dernier.

Des mots qui parlent d'âme, de plume, de sérénité. Pourquoi pas se dit-il?

La réponse à son message le surprit, l'intrigua, l'attira.

Plein d'espoir il lança sa ligne, elle l'attrapa, sortit de l'eau, son regard bleu de sirène caressant son coeur avec la chaleur de son âme.

Le marin était enfin arrivé au port. La sirène ne chanterait plus que pour lui.

Ensemble ils relevèrent les obstacles qui se dressaient entre eux. Ensemble ils affrontèrent sa maladie. Ensemble ils avancent sur le chemin de la vie.

Ces mots sont dédiés à mon mari que je remercie d'être toujours à mes côtés malgré ce que la maladie a fait de moi.

mercredi 6 mai 2015

1er Mai

fil.jpg

Que dire en ce jour à l'homme que l'on aime qu'on lui souhaite beaucoup de bonheur, bien sûr, ou bien ceci :

La vie ne tient qu'à un fil, ce fil que tu tiens dans tes doigts, ce fil que tu enroules et déroules au gré de tes envies, me rapprochant ou m'éloignant de tes lèvres, de tes yeux, de tes mains mais vibrant toujours au rythme des battements de ton coeur.

Ce fil léger et aérien comme celui d'une toile d'araignée, il frôle ma peau si délicatement que je ne t'ai pas senti tisser ce voile au travers duquel le monde me semble si beau à tes côtes.

Ce fil qui m'empêche de tomber dans ce gouffre si profond des vicissitudes des aléas du quotidien.

Ce fil dont la couleur s'harmonise tellement bien avec celle du mien que tressés ensemble et chauffés aux rayons du soleil de nos deux coeurs, ils se fondent et éclairent notre amour de toute la palette de l'arc en ciel.

Ce fil , nous emmène ensemble sur le même chemin, celui de la vie.

mardi 24 février 2015

Saint Valentin

fleurs_st_valentin_2015.JPG

Tu m'as écris :

Pour que vive la St Valentin,

Pour que nous nous aimions sans fin.

Je croque la vie à tes côtés,

Avec une soif d'éternité.




Je partage tes sourires,

Tes grands éclats de rire.

J'aime réaliser tes rêves,

J'y travaille sans trêve.




Tu es mon seul univers,

Ma plus tendre primevère.

Avec toi il n'y a plus d'hiver,

Ensemble dans notre multivers !




Je t'aime

Et je t'ai répondu :

Afin de vivre avec toi mon Valentin

Dont j'ai toujours aussi faim

Mon amour grandissant au fil des années

Que je ne vois pas passer.




J'ai toujours envie de partager ton avenir

Qui s'éclaire de mille et un plaisirs

Ton amour est comme la sève

Du plus bel attrape-rêve.




Pour toi j’écris ces quelques vers

Pour que le printemps après l'hiver

Chante tel un trouvère

La musique de notre multivers.

coeur_st_valentin_2015.JPG

Je t'aime

mercredi 8 octobre 2014

A toi pour la vie ...

L'amour encore et toujours a fait et fera partie de nos vies.

Il est comme le soleil qui un jour perce les nuages de la solitude.

Un rayon d'espoir réchauffe l'amas de neige sur le pic d'une montagne de soucis, de tracas quotidiens, de mauvaises nouvelles.

Peu à peu, la neige du du vague à l'âme fond, un ruisseau se forme, écarte la grisaille, entraîne le désespoir qu'il trouve sur sa route, enfle, descend en se heurtant à de gros et petits rochers, obstacles de la morale, du bien pensant, préjugés obsolètes. Eau giclant, éclaboussant comme un arc-en-ciel de passion toutes les couleurs comme les facettes d'un diamant.

Main dans la main ils se frayent un chemin jour après jour, mètre après mètre.

Parfois un nuage obscurcit momentanément l'avenir, mais le soleil es toujours là, tapis au fond de leur cœur.

Une dernière cascade immense, bruyante, épuisante et enfin le lac de plénitude, bien-être de l'âme, doux clapotis des battements de deux cœurs qui ne veulent que regarder sur la berge, les fleurs vivre au fil des saisons.

A toi pour la vie....

samedi 21 juillet 2012

Evenstar Wedding's Shawl

IMG_5564_medium2.JPG

''Ce n'est pas une formalité

Un coup de tampon sur un papier

Mais un envol vers l'éternité.

Lorsque deux moitiés ne font plus qu'un

Pour avancer côte à côte sur le chemin

Et construire ensemble leur destin.

Conjuguer à l'unisson le verbe aimer

L'un contre l'autre se serrer

Retrouver une raison d'espérer.

Nos deux âmes dans une même communion

Par delà les limites de la raison

Partagent de doux frissons.


DSC00140.JPG

''

mardi 5 juillet 2011

Histoire d'Amour

Parfois la réalité sort des rêves et nous rejoint dans la vie quotidienne :
 
Un soir j’'ai rêvé de toi.

Depuis, chaque nuit tu t'’introduis dans mes rêves.
Avec toi, je voyage dans des pays lointains, des contrées sauvages et inhabitées. De grands oiseaux aux plumes multicolores enchantent nos promenades lorsque nous parcourons les vastes plaines giboyeuses. Des troupeaux de bêtes à l’'épaisse fourrure brune traversent devant les sabots de nos chevaux. De grands arbres apportent ombre protectrice des rayons du soleil et abri douillet pour notre repos nocturne.

Sors de mes rêves, viens me rejoindre dans ma vie quotidienne.
 
Pour toi : Je serais chaude pour réchauffer tes hivers, claire pour éclairer tes printemps, lumineuse pour bronzer tes étés et douce comme la brise de tes automnes. Je serais une perle de sueur et je coulerais sur ton front, lorsque tu essaierais de m'essuyer je me glisserais sur ton nez et lorsqu'agacé tu me prendrais du bout des doigts, je me laisserais glisser sur tes lèvres.
Je serais une jolie chatte blanche très douce aux ongles rentrés pour ne pas blesser, je miaulerais de plaisir sous les caresses, ronronnerais de contentement sous les doigts qui tendrement me grattouilleraient les oreilles.
Je serais une mèche de tes cheveux, je m’'échapperais de ta tignasse et je sourirais lorsque chatouillé tu me repousserais, mais indomptable je reviendrais à ma place.
Je serais le Nil et je coulerais dans ces plaines riches des souvenirs des civilisations antiques.
Je me réchaufferais au soleil de Râ et me jetterais dans la Méditerranée pour parcourir le vaste monde en passant entre les colonnes d'Hercule.

Je serais la fée de ton logis. D'un coup de baguette, des brassées de bonheur empliraient tes vases, des bûches de passion éternelle se consumeraient dans l'âtre de ta cheminée, des délices sucrés de toutes les contrées s'étaleraient sur la table de ta cuisine, des draps de désirs recouvriraient ton lit, des rideaux d'intimité orneraient tes fenêtres.
Je viendrais la nuit vêtue de mes plus beaux atours de dentelle et de soie dévoilant les courbes harmonieuses de mon corps pour enjoliver tes rêves de douceur et de tendresse.
 
A mes appels tu as répondu, tu es venu et nous ne faisons plus qu'’un désormais.

lundi 31 janvier 2011

La vie, la mort et l'amour ...

Courir encore et encore après la vie, n’est-ce pas se rapprocher encore plus vite de la mort ?

Assis !

Pose-toi !

Respire !

Ferme les yeux et imagine ….

Ton corps ne pèse plus rien,

Tes douleurs s'’estompent,

Tes soucis s’'évanouissent,

Laisse tes pensées errer et trouver le fil qui te guidera vers un havre de paix, de douceur et de chaleur. Ton âme s'’y promène, crée au gré de ton envie des instants de bonheur et doucement se ressource.

Respire !

Ouvre les yeux !

Lève-toi !

Reprends ta plume, laisse tes doigts la guider sur la page blanche, observe les courbes des lettres, leurs arrondis et leurs flèches s’'élançant vers un autre monde, un monde imaginaire mais que tu rendras réel au fil des lignes qui, peu à peu, noircissent le papier.

Sens le vent dans tes cheveux, l’'odeur salée de l'’océan sur ta peau, le sable sous tes pieds, arpente la plage, les yeux mi-clos, laisse un sourire se dessiner sur tes lèvres, puis, lentement tourne la tête, plonge ton regard dans le sien et balaie ses interrogations sur l'’avenir.

A tes côtés je suis, à tes côtés je resterais

samedi 10 avril 2010

Amour et Acquit

Il est des hommes qui sont prêts à tout pour conquérir et ensuite … posent leur acquit dans le décor de leur quotidien et le laissent prendre la poussière. Il est tellement plus facile de passer devant chaque jour, dire les mêmes mots qui, peu à peu, perdent leur éclat car aucune attention particulière, unique ne vient les faire briller.

Pourquoi s'’arrêter et d'’un souffle attentif, ôter le poids de l'’habitude pour le regarder s'’alléger et s’'éclairer de mille feux pour vous ?

Pourquoi se remettre en question quand les grains de sable crissent de plus en plus nombreux sous vos pas sur le chemin de l'’avenir puisqu’'après tout, si vous n’êtes pas accepté comme vous êtes c’'est que vous n'’êtes pas aimé à votre juste valeur?

Pourquoi se fatiguer à construire une vie à deux différente et enrichissante quand il suffit simplement de se laisser emporter par du vent, choisir la seule satisfaction de ses besoins physiques et fermer la porte au plaisir de la jouissance de l'’intelligence partagée ?

Il est tellement plus facile de descendre que de monter.

Et pourtant, il est des hommes qui sont prêts à tout pour conquérir et ensuite … choisissent avec soin l’'écrin dans lequel il le dépose délicatement. Chaque jour, ils renouvellent leurs mots, réaménage le nid de soie et de douceur, observent chaque détail, chaque mouvement, n’'oublient aucune parole.

Ils recherchent sans cesse de nouveaux moyens de faire briller l'’éclat de la passion sans laquelle ils ne savent plus vivre. Ils y boivent comme des assoiffés à une oasis après un long parcours dans le désert des sentiments non partagés.

Ils deviennent un peu possessifs, guettent le froncement de sourcil pour en connaître les limites et font attention à tisser des liens aussi légers qu'’une toile d’araignée, aussi aériens qu'’une plume et aussi durables que leur amour.

Ils ont choisi de bâtir un duo qui sera le leur, acceptent les difficultés des remises en question et cherchent encore et toujours à maintenir l'’équilibre afin d’être eux-mêmes tout en étant deux.

Qui a tort, qui a raison ?

Personne, simplement il faut choisir entre n'’être rien avec quelqu'’un quelconque et se sentir quelqu'’un avec le pétillement de la féminité.

mardi 23 mars 2010

Silence Fraternel

Il n'’y a pas de sentiment dans l'’indifférence

Aucun lien ne se construit dans le silence

C’'est une arme redoutable

Que je fuis car elle m'’est insupportable.

Tu as une soeœur occupe toi d'’elle

Elle en a grand besoin, elle.

Moi le vide j’'en ai l'’habitude

'J’ai toujours connu la solitude.

J’'ai cru que tu le comblerais

Mais une fois encore je me suis trompée.

Pour toi je ne suis qu'’un diable

Qui s’'est invité à ta table.

Pourtant de par le monde entier

Des témoignages de soutien et d’'amitié

Je reçois dans ma boîte chaque jour

M’'encourageant à vivre cet amour.

D'’aucun aimerait bien

Avec moi avoir ce lien

De toi, il envie

Ce que j’ai écrit :

De mon écriture être le gardien.

Vole dragon blanc emmène avec toi mes mots de souffrance et au plus haut dans le ciel, lâche la feuille, souffle ton plus beau feu et brûle les, afin que jamais il ne les lise. Mon amour fraternel de demie-sœoeur ne pourrait supporter la douleur que ces vers lui infligeraient.

lundi 15 mars 2010

Volcan de la Passion

Notes de musique échappées

Posées sur ma peau dorée

Lentement vous m'’effleurez.

Tonalités émises par ta voix éraillée

Allègrement vous vous envolez

Doucement vous me pénétrez.

Fibres de mon corps agacées

Au rythme des accords joués

Tendrement vous frémissez.

Jeux de tes doigts affamés

Sur tout mon être enflammé

Ardemment vous caressez.

Volcan endormi dans la nuit étoilée

Par ton brûlant désir, réveillé

Passionnément aimes moi !

vendredi 12 février 2010

Insoumise

Insoumise, sauvage et rebelle,

La liberté te donne des ailes.

Que l’'on veuille t’'attacher :

Tu secoues ta crinière argentée

Durcit ton regard bleu azur

Cache ton âme derrière une armure,

Puis, tu maquilles tes lèvres d’'un sourire entendu

Tournes les talons et empruntes d’'autres rues.

Que l’'on veuille t’'enfermer

Dans une tour d’'ivoire isolée

Tranquillement tu préviens l’'exclusif

Attention à son côté égoïste. 

Mais s’'il se croit le plus fort

A te manipuler, il a tort.

Car tu maquilles tes lèvres d’'un sourire entendu

Tournes les talons et empruntes d'’autres rues.

Que l’'on veuille te séduire

Tu observes prête à t’'enfuir.

Savoir t’'approcher, se montrer, s'’ouvrir

Avoir la patience d’'attendre ton sourire

Qui annonce ton désir de continuer

Avec un espoir d’'éternité.

Alors tu maquilles tes lèvres d’'un sourire inconnu

Claques les talons et empruntes sa rue.

mardi 15 décembre 2009

Tête à Tête

Un déjeuner dans un petit coin de campagne.

L'eau d'une rivière qui coule tranquillement entre deux berges verdies de mousse.

Deux amoureux . . . . des mots.

L'arôme d'un café leur chatouille les narines et sur un coin de nappe, les lignes se suivent :

Quand l'amour qui brûle dans ton coeur

Eclaire tes yeux d'une tendre lueur,

Mon âme s'emplit d'une douce sérénité

Aux douces senteurs d'éternité.

Nos regards échangent en silence les mots

Qui font vibrer nos jours et nos nuits

Effaçant notre passé d'un coup de pinceau

Nos iris se peignent un tout nouveau paradis. 

La couronne de l'iris s'agrandit,

Au même rythme que celui de notre envie.

Sa couleur change au gré du plaisir

Qui, comme à chaque étreinte, va nous réunir.

Le feu de la passion nous pousse à l'unisson,

Vers le même rythme, la même fusion

Emporté par notre élan,

Nous sommes au firmament.

Happés par la frénésie de nos corps,

Notre amour prend son plus bel essor.

jeudi 17 septembre 2009

Réalité

réalité

Je ne suis pas la femme du boulanger,
Tu n’'es pas un marin de passage.
Je conjugue différemment le verbe aimer,
Tu me fais bâtir sur de nouveaux rivages.

Quand la mort a emporté une partie de moi,
Inlassablement tu as joué l’'espoir et l’'éternité.
Tes mains n’'omettant aucune parcelle de moi
Pour que l’'automne disparaisse devant l’été.

Sous le ciel étoilé, nos deux corps enlacés,
Découvrent un nouvel univers passionné.
Mes vocalises découvrent d’'autres gammes
Lorsqu’'alanguie dans tes bras je me pâme.
La nuit laissant place à une nouvelle journée,

Tu n'’omets aucuns petits détails quotidiens
Afin que mon coeœur, par tes attentions renouvelées,
Se réchauffe doucement au creux de tes mains.
Alors peu importe, ce que les gens pensent de nous,
Peu importe, les petits maux et les tracasseries,

Quand nos bras se resserrent autour de nous,
Nos âmes hurlent leur joie d’être en vie.

Vous qui avez lu ces lignes, essayez de les relire sur la musique qui les a guidées au bout de mes doigts :Sarah RIANI : Confidences : http://www.youtube.com/watch?v=ykRixGgTJu8

jeudi 20 août 2009

Musique d'amour

Tes mots sont comme un mouchoir que tu poses délicatement sur mes maux.
De leur parfum, ils embaument agréablement les odeurs des marais de mon passé,
De leur couleur, ils irisent les souvenirs des instants glacés de solitude,
De leur musique, doux froissement entre tes lèvres, ils m’entrainent vers un avenir heureux.

Comme des cadeaux étincelants d’'amour, poussés par le souffle de la passion.
Tu me les offres chaque jour sans jamais faiblir, chaque nuit sans fatiguer,
Quand les démons quittent mon inconscient et altèrent mes perceptions,
Enveloppée par la chaleur protectrice de tes bras, ils me ramènent vers la lumière de ton cœoeur.

Ta voix modulée par les vibrations de tes sentiments intensifie leur portée.
L’'ardeur de ta volonté tendue vers un seul but, mon bonheur, notre bonheur,
Est le fil conducteur du couple que le destin a décidé de former pour nous accompagner dans les années à venir.


Vous qui avez lu ces lignes, essayez de les relire sur la musique qui les a guidées au bout de mes doigts : Gérald de Palmas : "Au bord de l'eau" http://www.youtube.com/watch?v=Z8_xIiEuwHg&feature=fvst

vendredi 14 août 2009

Déclaration

Par un matin clair
Seuls et solitaires
Le destin complice et taquin
A croisé nos chemins.
Par une journée
Belle et ensoleillée
Avec des mots enchanteurs
Tu as conquis mon cœoeur.
Par une chaude soirée
Une alchimie s’'est créée
Nos âmes se sont reconnues
A moi tu es venu.
Par une nuit étoilée
Nos corps se sont mêlés
Pour un moment de passion
Nos coeœurs à l’abandon.
Par un matin clair
Ensemble et pair
Le destin coquin et malin
A croisé nos mains.
Vous qui avez lu ces lignes, essayez de les relire sur la musique qui les a guidées au bout de mes doigts : Lettre à Elise : http://www.youtube.com/watch?v=H73_d_u6yN4

- page 1 de 2