Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 26 décembre 2009

Un canapé ou ... plus ...


Quelques coups de crayons noirs pour délimiter les contours. Des angles, encore des angles. Le crayon se promène sur la feuille, tourne, trace et repart dans une autre direction. Soudain, il se laisse glisser dans une courbe lisse qui accueillera un coude … plus tard … peut-être … ou peut-être pas … qui sait … pour une soirée ou pour l’'éternité …

Parfois, on dessine ses rêves, on leur donne une forme particulière, on les colorie, et puis, le crayon quitte la feuille… les pensées se sont évadées. Elles ne musardent plus dans les recoins secrets des désirs de l'’âme. Elles ont rejoint la réalité et plongé dans le grand livre des souvenirs de ce qui a été et qui ne sera plus.

« Nous étions deux à choisir ce canapé. Sa couleur ensoleillée avait attiré notre œoeil. C’était la fin de l'’été. Nous venions de terminer les papiers peints du salon. La chaleur lourde de l'après-midi avait laissé place à une petite brise bienvenue en cette fin de journée… te souviens-tu ? »

Mais, les aiguilles de l'’horloge ont trop tourné sans que l’'on y prête attention , sans que l’'on prête attention à l’'autre. Les coussins ne se sont plus affaissés lors de nos soirées en tête à tête, … nos mains ne les ont plus remis en place en les tapotant.

De notre avenir disparu, il ne reste plus que ce dessin…

vendredi 16 octobre 2009

Le violon enflammé

violon musique

Un poème de Daniel pour ce magnifique tableau, peint par son épouse :

Beauté de la vie, qui m'’a permis de rencontrer " Betty ",
Charme du web qui m'’a fait croiser une " Sirène ",
Eblouissement du peintre qui a su construire ce tableau,
Emerveillement du poète qui a su donner vie à cette peinture.

Sous les coups de la plume dorée de l’'artiste,
Tout à coup la toile s'’illumina de mille feux,
Laissant entrevoir une courbure sublime,
Où un Stradivarius, bride par bride,
Vint s'’emboîter, sous la chaleur de sa métamorphose.

Maintenant la peinture et la poésie ne feront qu’'un,
Sur la délicieuse trame de la Fantaisie,
Pour le bonheur de ses nombreux promeneurs.
Les témoins de cette chronique garderont
Gravé dans leur coeœur, tel un tatouage,
Ce moment de bonheur.


et puis un texte de la Sirène pour les remercier :

Prenez vos pinceaux belle dame, je vais pincer les cordes de mon violon afin de vous suivre dans vos évolutions, vous accompagner et vous enchanter par les sons, nous envolerons nos âmes à l’'unisson vers des cieux merveilleux.
Trempez vos pinceaux belle dame, je vais manier mon archet, dessus la toile votre peinture vous déposerez, pendant que ma corde je frotterais, avec dextérité vous étalerez les couleurs, avec virtuosité les notes émises s’'envoleront vers nos âmes à l'’unisson dans des cieux merveilleux.
Laissez vos pinceaux belle dame, je vais oublier la partition, par votre imagination votre main sera guidée, par ma muse mes doigts vont être bougés, marrons, jaunes et orangés, vont s’'étaler, blanche, noire et croches vont s’'envoler accompagnant nos âmes dans les cieux merveilleux.
Peintre et musicien, accordez vos ressentis, laissez les libre de s'’envoler et ensemble une création pour le plaisir de nos yeux offrez nous, car voici la poète, avec ses mots, ses phrases et son âme. Devant votre œoeuvre, elle s'’arrête.

Dans quel monde l’'emmenez-vous ?

Approchez-vous, doucement, sur la pointe des pieds, sans faire de bruit.
Ecoutez les battements de son cœoeur, voyez comme son souffle s'accélère, comme son corps se tend, comme elle vibre du plaisir que vous lui offrez.
Mais que voit-elle ? Ses yeux suivent la courbe pleine de l’'arrondi comme le dos d’'une femme nue, sortant de son bain, uniquement recouverte d’'un léger voile de crème satinée. Sa longue chevelure blonde un peu sauvage délicatement posée sur son épaule. Elle est sereine, se sent belle sous vos pinceaux et vos couleurs.
Un air de musique aux doux accords de flûte de pan l’'enjôle. Elle se met à onduler sensuellement faisant s'’échapper l’'archet inopportun sur sa peau car une plume est venue, depuis peu, accompagner un violon dans le bas de son dos.
Celui-ci a longtemps navigué en elle cherchant et assemblant tous ses morceaux. A chaque note de musique, ses couleurs peu à peu sont apparues, à chaque phrase écrite un peu d'’âme a coulé sur ses cordes, à chaque mouvement des lettres d'’or pur de tendresse et de douceur se sont gravées. Et puis un jour, il s'’est enflammé pour naître dans la chaleur et de toute sa beauté. Il repose maintenant et à jamais dans la courbe de ses reins.

jeudi 15 octobre 2009

Magie du partage

Dans l'’univers des mots, deux auteurs parfois se lisent, échangent des mails, font connaissance peu à peu, s’'apprécient et décident de croiser leurs plumes.

Simple pensez-vous ? Facile croyez-vous ?

Tout dépend de ce que chaque auteur donne de lui-même dans ses phrases.

Certains le font pour passer le temps, d’'autres pour se faire remarquer, d’'autres encore uniquement pour s’'amuser sans chercher à obtenir un résultat correct, parfois égoïstement pour profiter d’'une muse plus prolixe que la leur.

Mais, lorsque l’'on écrit les mots de son âme avec l’'encre de son cœoeur, le plaisir et la jouissance de l'’intellect priment sur tout et peut atteindre selon la méthode utilisée des sommets jamais connus auparavant.

Différentes manières existent, en effet, pour que deux taquineurs de plume se rejoignent. Le choix de l’'une ou de l’'autre est fonction à la fois des personnalités et des styles.

La contrainte est un texte écrit par chacun, de son côté, avec des paramètres préalablement choisis d’'un comme un accord. Exigences multiples et variées : le lieu de départ, les couleurs, les sons, les lettres, les mots, etc. Vous en avez un exemple avec les textes : Qui freya fraiera et Kyl quai. Difficile à réaliser par l’'exigence de canaliser mon imagination en suivant les indications préétablies, le résultat déconcertant m'’a donné à réfléchir.

Le défi lancé par un auteur à un autre de poursuivre le début d’'une histoire dans le thème qu'’il impose au suivant. Le Coucher de Soleil en Bretagne illustre ce procédé de fort belle manière. Poursuivre érotiquement en finissant poétiquement un commencement où règnent la peur, voire la frayeur est un défi qui m'’a particulièrement plu car il permet de surprendre le lecteur par la tournure imprévue de l'’histoire.

Le croisement de phrases, en incarnant chacun un personnage, mais en changeant de rôle au fil de l'’action, en ne sachant pas à l’'avance dans quelle direction va nous emmener l’'autre, ayant ainsi l’'obligation à la fois de le suivre et de poursuivre, et cela en l’'espace d’une phrase, est un style que nous avons utilisé dans la Partie d’'échecs. Ecriture tactique dans laquelle se sont mêlées imaginaire, sensualité et jeu entre les auteurs que nous avons essayé de transmettre au lecteur. Véritable plaisir que de « torturer » ainsi ma muse pour l'’obliger à suivre un facétieux fou noir.

Mais, il reste un partage que peu d’'auteurs pratiquent. C'’est véritablement ce que l'’on appelle l’écriture à quatre mains. Un thème, une trame, une forme sont prédéfinies. Ensuite, l’'un commence, l’'autre le lit, intercale ses mots, ses phrases, pour compléter, détailler, apporter son style particulier à la fois semblable et différent. Puis, il poursuit et le premier, à son tour, recommence le même processus. Et ainsi de suite, un récit est bâti.

Véritable ballet des muses, valse des âmes, être à la fois un et deux dans le corps des mots, se rejoindre et s’'éloigner, se mêler et se séparer, vibrer pour la même musique, nos plumes s’'emmêlent, s’'entrecroisent et nos esprits respectueux l’'un envers l’'autre s’'envolent dans la magie d’un partage unique.

J’'aimerais connaître cette passion de l'’écriture plaisir partagée. Pouvoir en toute sérénité ouvrir la porte de mon monde onirique, en dévoiler les couleurs, les odeurs, les musiques, les joies et les peines sans la crainte d’'être blessée. Un souhait que j’'espère réaliser un jour…

Deux fois deux mains isolées Deux muses esseulées Lecture partagée Mails échangés Esprits rapprochés Sincérité appréciée Passion éveillée. Quatre mains mêlées Plumes entrecroisées Mots partagés Couleurs dévoilées Musique charmée Parfums captés Ames envolées.