Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Jeu de titres

Il était une fois une sirène ayant hérité des pouvoirs magiques de sa grand-mère. Elle pouvait les soirs de pleine lune changer sa queue d'écailles bleutées en une magnifique paires de jambes galbées.

Elle en profitait pour se balader le long de la plage de sable fin.

Elle parcourait dunes et collines, se baignait dans un lac d’eau douce dont elle ressortait telle une ondine, admirait le paysage.

Des humains, elle ne connaissait que leurs fantasmes qu’ils confondaient bien souvent avec la réalité.

Or, voici, qu’une nuit, au sortir de la lagune, elle croisa un rimailleur accompagné d’un chien qu’elle connaissait bien.

Elle l’avait rencontré à plusieurs reprises au cours de ses voyages, il s’appelait Ulysse et regrettait qu’il n’existe pas de sirène pour la race canine.

A défaut de pouvoir s’inviter pour le déjeuner, ils convinrent d’un dîner devant un feu de cheminée, aussi gourmets que gourmands, l’un apporterait une pièce montée, l’autre le café.

Dans les airs, juste au-dessus d’eux, un aigle et un étourneau se poursuivaient dans le ciel étoilé.

L’un après l’autre ils plongeaient, se rejoignaient et repartaient ensemble vers les cieux dans un parfait quadrille du zodiaque.

Le rendez-vous arriva, la soirée passa en papotages de salon. Chacun évoquant une tranche de sa vie pour mieux faire connaissance.

Puis, ils discutèrent œnologie, évoquèrent les vendanges auxquelles il participait chaque année.

Il lui parla de son métier de jardinier, des belles roses qu’il aimait cultiver. Il lui raconta une anecdote forte amusante à ce propos.

Pas plus tard que la veille, il avait surpris une souris jouant avec un chat. Ces deux animaux, pourtant ennemis d’habitude, semblaient fort bien s’entendre et utilisaient la cabane à outils comme terrain de jeux.

Une belle amitié venait de naître, une symphonie des sens chaste et pure.

Les mots, encore les mots, toujours les mots….

A toi je dédie ces lignes…

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://les-fantaisies-de-la-sirene.fr/index.php?trackback/92

Fil des commentaires de ce billet