Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Etrange compagne

Tu es là toujours plus ou moins présente. Depuis ma naissance tranquillement tu attends que le dernier point de la tapisserie soit noué. Le demi siècle pas encore atteint et pourtant, je t’ai déjà côtoyée, désirée, portée en moi à deux reprises.

Certains te voient noire et cruelle. Certes, tu l’es et je t’ai haïe quand la chair de ma chair, tu es venue chercher. J’ai hurlé après toi, vidée de la vie qui commençait, j’ai crié à l’injustice, pleuré mon désir enfin réalisé qui s’évanouissait dans la douleur et le désespoir. Tu étais si froide, si glaciale, si impalpable et pourtant, tu étais là ! Ma question est toujours la même et n’aura jamais de réponse : Pourquoi ? Mais telle es-tu, toute puissante, implacable, sans pitié, ni remords.

Certains te voient comme une délivrance. Certes, moi aussi, je t’ai désirée pour me libérer de douleurs physiques si intenses qu’elles m’emmenaient dans un ailleurs de brumes de souffrance que rien ne réussissait à apaiser. Quand les secondes longues comme des heures ont emmené ces moments de détresse, épuisée, je me suis demandée pourquoi tu n’avais pas voulu de moi. Mais telle es-tu, toute puissante, muette et sourde, sans compassion, ni faiblesse.

Certains te voient comme un défi. Certes, tu les séduis quand ils ont perdu le goût des choses simples. Mais, ils t’approchent brutalement, sans précaution. Un jour lassée de ce jeu qui n’en est un que pour eux, tu te retournes et les cueillent dans leur élan. Ont-ils conscience de n’avoir jamais gagné, simplement parce qu’une bataille n’est pas la guerre ? Moi, qui abhorre la violence, j’ai marché à tes côtés, la lumière de mon âme blessée par la noirceur de ton néant avant que nos parallèles ne se brisent et que les points de la tapisserie retrouvent leur éclat. Pourquoi as-tu marché ainsi à mes côtés ? Mais telle es-tu, toute puissante, totalement libre de tes décisions, sans cause, ni raison.

Mort, solitaire et égoïste, tu es la compagne et l’équilibre de toute vie …

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://les-fantaisies-de-la-sirene.fr/index.php?trackback/178

Fil des commentaires de ce billet