Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Rêveuse princesse

Les années passent et elle rêve toujours d’'une vie différente, d’'une vie de princesse et de contes de fées, de châteaux et de prince charmant.

Quand elle se lève le matin, le miroir de la salle de bain lui offre un visage qui a gardé sa fraîcheur au fil des jours malgré les rides, des yeux toujours avides de découvertes malgré les vicissitudes de la vie, un corps qu'’elle ne cesse de vouloir garder aussi agréable à vivre que possible.

Sous la douche, elle imagine …

Une magnifique allée de graviers, bordée de platanes. Elle est assise à côté de son aimé. Sa main gauche est posée sur sa cuisse droite comme toujours. Il  a tourné la tête pour capter son regard quand la voiture a franchi la grille d'’entrée, voire cette étincelle de bonheur surpris de vivre un rêve tout éveillée.

Une immense bâtisse dont l’'architecture peut lui donner le nom de château est posée devant une cour circulaire dont la fontaine centrale guide les véhicules vers un parking un peu à l'’écart afin que les lieux restent calmes et sereins.

Des marches de pierre reçoivent ses hauts talons qui claquent légèrement à chaque mouvement de hanche. Il la suit, juste un peu en retrait, pour admirer le galbe de sa jambe dévoilé par une jupe en cuir à la longueur habilement choisie. Cette féminité omniprésente chez elle, le fait frémir.

Un hall aux dimensions impressionnantes les accueille. Il s’'avance et s’'occupe des différentes formalités, pendant ce temps, elle se laisse imprégner par les lieux, admire les fauteuils de différents styles, disséminés ça et là, pour permettre de se reposer, de lire, d’'attendre, de discuter sans être gêner par les autres. De très beaux bouquets de fleurs, artistiquement disposés dans des vases d'’un autre siècle, d’'un autre continent, servent de séparation et apportent un doux mélange de senteurs. Un décor de cinéma, un décor de rêve ….

Les tapis aux motifs géométriques étouffent leur pas tandis qu'’ils gagnent leur chambre par un bel escalier de marbre de Carrare et quand la porte s'’ouvre sur une symphonie de bleus mettant en valeur un immense lit à baldaquin, une porte-fenêtre donnant sur une terrasse et des jardins fleuris, son coeœur se met à battre de plus en plus vite.

Elle attend statufiée qu'’il ait refermé la porte. Elle le devine plus qu'’elle ne l’'entend. Il s’'approche d'’elle et elle se laisse aller dans ses bras, son dos contre son buste. Elle frissonne sous les baisers qu'’il dépose doucement dans son cou.

-Alors, ma chérie, ma surprise te convient-elle ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://les-fantaisies-de-la-sirene.fr/index.php?trackback/59

Fil des commentaires de ce billet