Les fantaisies de la Sirène

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Magie de la nuit

L’'astre lunaire s’éteint doucement. 
La nature belle et sauvage s’'éveille sous les premiers rayons de soleil. 
Râ, en ce jour de septembre, éclaire le monde des hommes.
    Au-delà du petit pont, une sirène s’'attarde. Elle vient souvent se balader dans ce petit domaine des iles de la Loire, admirer la faune et la flore dans cet espace encore préservé des ravages de la pollution.
Or, voici quelques jours, traversant une clairière de frênes, une pierre au milieu d’un parterre de fleur sauvage a attiré son regard. Elle l’'a touchée du bout des doigts. Sa tiédeur l’'a surprise. Dans sa main, elle est venue tout naturellement se lover. Quelques marbrures zébraient sa surface, des cicatrices anciennes, sans doute, certaines plus profondes que d’'autres. Elle la souleva et l’'exposa à la lumière du soir, des cristaux brillaient par endroit, comme si le bonheur irradiait de ce morceau de roche.
    De retour dans sa grotte au fond de l’'océan, elle posa son trésor à côté de ses autres trouvailles, puis elle entonna un chant à la fois sensuel et mélancolique. Alors, la pierre se mit à luire, à émettre des couleurs. Une image se matérialisa. Un chevalier des temps anciens la salua :
- Bonjour Gente Dame, je ne saurais jamais assez vous remercier d’'avoir bien voulu m’'accorder la grâce de me ramener en votre logis. La Sirène fascinée par ce prodige ne sût que répondre : 
- Bonjour Messire, honorée je suis de votre présence. Mais, par quel artifice, une simple pierre peut-elle cacher un homme ? 
- Je ne suis point un homme, mais un paladin. Votre chant, belle sirène, m’'a attiré vers vous. D’'un mot d’'un seul de votre part, je mettrais mon bras et mon épée à votre service en humble serviteur que je suis. 
- Je ne saurais jamais assez, Chevalier, vous remercier de tant de bonté. - Point n’'est besoin, ma mie, de m’'offrir ors et diamants, terres et titres, quelques mots de vous, quelques lettres échappées, suffiront amplement.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://les-fantaisies-de-la-sirene.fr/index.php?trackback/70

Fil des commentaires de ce billet